Quoi retenir de ce texte : Le site pornographique Jacquie et Michel devant la justice

Dans le cadre de notre rôle d’information, nous publions ci-dessous un encart de plusieurs lignes vu sur le web ce jour. Le sujet est «la justice».

Le titre troublant (Le site pornographique Jacquie et Michel devant la justice) est sans ambiguïté.

Présenté sous la signature «d’anonymat
», le rédacteur est reconnu comme quelqu’un de sérieux.

Vous pouvez de ce fait faire confiance à cette publication.

L’article original :

Le fondateur du site « porno », son épouse et deux autres personnes sont visés par une enquête préliminaire pour « viols » et « proxénétisme ».

Michel Piron, à la tête du site porno « Jacquie et Michel », a été placé en garde à vue le 14 juin, ainsi que quatre autres personnes, dont sa femme. Ils sont visés par une enquête préliminaire pour « viols » et « proxénétisme ».

« Une sorte de séisme dans le porno amateur »

Plusieurs actrices auraient été contraintes à des pratiques sexuelles sans leur consentement. Que se passait-il lors des tournages ? Liza del Sierra, ancienne actrice X aujourd’hui productrice, infirmière et maman, a été à l’origine de la création d’une charte éthique et déontologique. « Je n’ai pas été présente sur ces tournages et n’ai jamais fait de porno dit amateur, souligne-t-elle. Je ne peux pas prétendre savoir ce qui s’est passé. En l’occurrence, il y a des victimes et il faut respecter leur parole, leur apporter du soutien. Mais il ne faut pas non plus oublier la présomption d’innocence. J’espère que ce sera une sorte de séisme dans le porno amateur et qu’ils vont se reprendre. »

Quelle différence comparé à une activité professionnelle ? « J’estime que sur le papier, il n’y en a pas. Sous couvert d’amateur, on fait n’importe quoi. Du moment que l’on en tire profit, on ne peut plus se considérer comme amateur. Cela n’existe pas. Si je joue au football, on ne me paie pas. Si on me rémunère, je ne suis plus une amatrice. Mais sous couvert d’amateurisme, on se permet de ne respecter aucune règle. Parce qu’il n’y a pas de régulation, que le législateur ne s’est pas saisi de la profession. On ne nous permet pas de nous professionnaliser. »

 

Porno : « Les amateurs s’imaginent encore à part »

« On essaie de se prendre en main, de créer une charte de déontologie, d’envoyer des coordinatrices d’intimité sur les tournages pour s’assurer du consentement, du bon déroulement d’un tournage, explique Liza del Sierra, ancienne actrice X aujourd’hui productrice. La charte consiste en 18 points de recommandations pour des conditions de travail acceptables et décentes pour tout le monde : la santé, la prise en charge des tests par la production, des règles de bienséance… Mais aussi un aspect contractuel, que le contrat soit signé avant de se présenter et un droit de rétractation sans conséquences financières. »

« Mais ce ne sont que des professionnels qui mettent cela en place, précise-t-elle. Les amateurs s’imaginent encore à part. C’est dommage, ce genre d’affaire. Si c’est le cas, c’est inacceptable, surtout s’il s’agit de jeunes femmes vulnérables. Parler de proxénétisme entretient le mythe selon lequel il y a une porosité entre pornographie et prostitution. Ce n’est absolument pas le cas, dans le porno professionnel.« 

Retrouvez « Le coup de fil du Matin » chaque jour à 7h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

 

Livres sur un sujet équivalent:

Daredevil (2016) T05,(la couverture) . Disponible à l’achat sur les plateformes Amazon, Fnac, Cultura ….

La terreur judiciaire,(la couverture) .

Radioscopie de la justice pénale internationale,Clicker Ici .