Un oubli fatal ? La loi européenne sur les médias néglige les questions de droit d’auteur ayant une incidence sur la liberté d’expression et l’accès à l’information en ligne, en particulier l’exploration de textes et de données

, Un oubli fatal ?  La loi européenne sur les médias néglige les questions de droit d’auteur ayant une incidence sur la liberté d’expression et l’accès à l’information en ligne, en particulier l’exploration de textes et de données
Image de Kerttu de Pixabay

Cette contribution a été publiée pour la première fois le 17 janvier 2023 sur The Digital Constitutionalist sous le titre : sauvegarde le rôle constitutionnel des médias en tant que quatrième domaine de la démocratie : le droit d’auteur en tant que un cadre réglementaire pour la liberté d’expression et l’accès à l’information en ligne.

En septembre 2022, la Commission européenne a publié son projet de loi européenne sur la liberté des médias (MFA) soulignant que «[t]e secteur des médias fait partie de l’écosystème des industries culturelles et créatives », un facteur important pour la « relance inclusive et durable » de l’UE et un élément clé de sa double transition vers une économie verte et numérique. Outre cette vision manifestement économique des médias, le « Quatrième Pouvoir » est, depuis sa reconnaissance en tant que tel, un pilier des sociétés démocratiques. De nombreuses questions abordées dans l’AMF visent à contribuer à un écosystème médiatique sain dans l’Union européenne et à garantir que «les médias» puissent continuer à remplir leur rôle important de chien de garde constitutionnel. En particulier, l’AMF vise à assurer la stabilité réglementaire et économique des services de médias privés et publics, il aborde également le rôle des plateformes en ligne en tant que canaux de diffusion des services de médias.

Il ne fait aucun doute que les médias exigent certaines garanties institutionnelles, notamment l’indépendance éditoriale et la protection contre toute ingérence injustifiée de l’État. Mais les médias et les journalistes ont également besoin des bons outils pour remplir leur fonction de chien de garde public. Plus importante que jamais est la possibilité pour les journalistes d’accéder à de grandes quantités d’informations et de les traiter, de les filtrer pour des éléments d’information pertinents comme des aiguilles dans la botte de foin métaphorique et d’identifier des modèles dans des trésors numériques que l’œil humain ne peut pas percevoir.

Notamment dans le contexte de la numérisation croissante de l’information et de l’émergence de nouvelles formes de journalisme de données, le contrôle de l’information équivaut au contrôle de l’actualité. Certaines des plus grandes nouvelles de ces dernières années sont le résultat d’enquêtes basées sur l’analyse informatique de grandes quantités de documents. Dans les Panama Papers scandale, le journal allemand Süddeutsche Zeitung a obtenu plus de 2,6 téraoctets de données, dont l’examen manuel serait impossible pour les seuls journalistes humains.

Dans ce contexte, il semble très surprenant qu’un aspect crucial non touché par l’AMF soit la manière dont les médias et la presse numérique peuvent rechercher et analyser des données à des fins journalistiques sans rencontrer d’obstacles juridiques. La collecte de données à des fins d’analyse informatique est également appelée « exploration de texte et de données ». Exploration de texte et de données nécessite nécessairement la reproduction de documents contenant ces données, qui d’une manière ou d’une autre sont très probablement protégées par le droit d’auteur. Cela signifie que les actes nécessaires pour extraire du texte et des données nécessitent l’autorisation du titulaire des droits concerné. Lorsque des informations sont extraites par des moyens automatisés, par exemple par l’utilisation de robots d’indexation Web, l’obtention d’une autorisation est fastidieuse, voire impossible. En outre, l’autorisation peut être refusée par les titulaires de droits s’ils n’ont aucun intérêt ou souhaitent éviter que les informations contenues dans les données pertinentes soient examinées et contrôlées. Par conséquent, l’exigence d’autorisation peut non seulement créer des coûts de transaction insurmontables, mais elle peut également être utilisée comme un outil de censure. Dans tous les cas, le droit d’auteur peut créer des obstacles importants pour les médias dans l’accès à l’information, mais la diffusion de l’information peut également être entravée si les données collectées sont mises à la disposition du public pour engager des journalistes citoyens dans leurs recherches sur les ensembles de données obtenus ou si les documents diffusés par les médias sont éligibles. en tant qu’œuvres protégées par le droit d’auteur. Par exemple, dans médias d’étincelle, une plateforme d’information allemande a mis à la disposition de ses lecteurs une collection de documents sensibles sur la mission des forces armées fédérales allemandes en Afghanistan, ce qui s’est heurté à l’opposition du gouvernement allemand, qui a utilisé le droit d’auteur pour empêcher sa publication. Il existe plusieurs exemples où le droit d’auteur a été utilisé pour tenter d’empêcher que certaines œuvres porteuses d’informations importantes pour le public soient diffusées par les médias à des fins d’information. Le cadre non harmonisé actuel de la directive 2001/29/CE, qui n’autorise les citations et les reportages que dans une mesure limitée, est à cet égard insuffisant pour garantir efficacement le droit du public à l’information.

L’extraction gratuite de textes et de données sans autorisation a été abordée par la récente réforme du droit d’auteur dans l’UE (directive (UE) 790/2019), mais les exceptions pertinentes ont été rendues obligatoires uniquement pour la recherche scientifique Réalisé dans les établissements publics. Il est vrai que les États membres sont libres d’introduire de nouvelles limitations pour une catégorie plus large de bénéficiaires (y compris théoriquement aussi les médias), mais l’efficacité de ces dispositions est compromise par la possibilité pour les titulaires de droits de se retirer de ces utilisations autorisées. L’exclusion des outils analytiques vitaux peut créer des effets dissuasifs sur le travail des journalistes et empêcher les médias de remplir leur rôle dans une société démocratique. Cette omission législative ne reconnaît pas que les médias ne sont pas seulement un chien de garde public qui observe, commente et informe le discours public dans un carré de freins et contrepoids constitutionnels. Avec l’émergence des technologies numériques, le rôle des médias a évolué pour devenir celui d’un gardien hybride qui renifle également avec un nez numérique.

Aujourd’hui, un média libre et indépendant doit remplir un rôle de chien de garde en étant aussi un chien renifleur, mais cela nécessite des outils adaptés, non pas au sens technologique mais sous forme de sécurité juridique. Dans ce contexte, les éléments centraux du droit d’auteur tels que les exceptions et les limitations sont des outils cruciaux assurer le bon fonctionnement des médias (numériques) en tant que l’un des principaux acteurs et institutions garantissant la liberté d’expression et le droit à l’information. Par conséquent, la législation sur le droit d’auteur, si elle n’est pas correctement conçue, peut entraver l’une des fonctions les plus essentielles des médias, celle de « chien renifleur public ». La relation dans le droit matériel du droit d’auteur entre les droits exclusifs et les utilisations autorisées, en particulier dans un contexte numérique, est tout aussi importante que les garanties procédurales pour la liberté d’expression dans un environnement en ligne, dont certains que le MFA essaie certes de résoudre. Une interprétation appropriée des règles de droit d’auteur est essentielle pour façonner un cadre constitutionnel en ligne pour l’accès à l’information, à la science et à la culture et doit être pris en compte en tant qu’élément central de toute initiative politique concernant la liberté des médias.

Le cadre théorique qui permet la construction d’arguments se trouve dans le domaine émergent du constitutionnalisme numérique. Des contributions importantes ont été apportées pour définir théoriquement ce domaine émergentet des contributions concrètes pour développer les effets du constitutionnalisme numérique dans des domaines tels que l’application en ligne et la conceptualisation d’un droit à la recherche En particulier, cette dernière recherche fournit un plan méthodologique pour plaider en faveur d’une inclusion des aspects du droit d’auteur dans l’AMF, et un cadre conceptuel pour repenser les règles de droit d’auteur existantes afin de permettre et d’encourager l’activité journalistique dans des contextes numériques et avec des outils numériques améliorés. En outre, le constitutionnalisme numérique peut fournir des arguments pour faciliter l’émergence d’une nouvelle approche réglementaire horizontale pour encadrer les législations sectorielles de l’UE traitant de l’accès et de la réutilisation des informations (ou des données) ainsi que la mise en œuvre de de nouvelles institutions de régulation chargées de vérifier l’effectivité des droits fondamentaux en ligne.

Par conséquent, le respect et la protection des droits fondamentaux et d’autres principes généraux du droit de l’UE dans un contexte numérique doivent également tenir compte de l’importance des médias en tant que collecteurs et processeurs d’informations dans les règles du droit d’auteur européen. La loi sur le droit d’auteur détermine dans quelles circonstances les médias peuvent accéder aux informations accessibles et les utiliser pour générer des nouvelles et des informations, afin de les rendre plus accessibles et compréhensibles. Le rôle du droit d’auteur doit être celui qui soutient et permet le journalisme et les médias en général, mais il ne doit pas non plus créer de restrictions ou d’incertitude juridique qui entraînent des effets dissuasifs informatifs. Sans l’inclusion d’une réforme nécessaire dans le cadre européen actuel du droit d’auteur, la loi européenne sur la liberté des médias manquera malheureusement son objectif de sauvegarder le rôle constitutionnel des médias en tant que quatrième pouvoir de la démocratie.