Quoi penser de ce texte : Tribunal de Saint-Malo : condamné pour escroquerie, le kiné devra payer près de 130 000€

Quoi-penser-de-ce-texte-Tribunal-de-Saint-Malo

Cet article, dont la thématique est « la justice », vient d’être trouvé sur internet, notre équipe est heureuse de vous en reproduire le contenu principal dans cette publication.

Le titre suggestif (Tribunal de Saint-Malo : condamné pour escroquerie, le kiné devra payer près de 130 000€) condense tout l’encart.

Présenté sous la signature «d’anonymat
», le pigiste est reconnu comme quelqu’un de sérieux pour d’autres éditoriaux qu’il a publiés sur internet.

La crédibilité est de ce fait grande concernant ce texte.

Quatre kinésithérapeutes viennent de s’installer à Mamers (Sarthe).
Jugé coupable d’escroquerie, un kinésithérapeute du pays de Dinan a été condamné à 30 000€ d’amende et à rembourser près de 100 000€ aux organismes sociaux.  ©lllustration / Shutterstock

Un kinésithérapeute, installé dans le pays de Dinan (Côtes d’Armor) et âgé de 74 ans, a été condamné pour escroquerie, exécution de travail dissimulé et subornation de témoin, ce jeudi 15 décembre 2022, au tribunal de Saint-Malo.

Il écope d’une peine de six mois de prison avec sursis. La facture associée est lourde : il doit payer 30 000€ d’amende et rembourser un total de près de 100 000€ à l’Assurance maladie, la Mutualité sociale agricole et la Sécurité sociale des indépendants. Ce pour des fraudes et irrégularités commises de janvier 2015 à septembre 2017. 

Séances fictives

Lors de son jugement, le 10 novembre dernier, avaient été évoqués « la facturation d’actes ou de séances fictives à des personnes hospitalisées ou décédées ; des actes avec déplacements à domicile surfacturés en indemnités kilométriques ; des facturations transmises tardivement ; des feuilles de soins de patients contrefaites, signées de sa main », liste un article du Télégramme.

Contre une somme d’argent, il avait aussi demandé à une patiente d’attester qu’elle avait bénéficié de 50 séances au lieu des 10 réellement effectuées. 

Le praticien, toujours en activité, avait crié à « l’affaire montée » et avoué seulement « des erreurs » liées à sa surcharge de travail. 

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Le Pays Malouin dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

window._nli=window._nli||[],window._nli.push([« brand », »BNLI-1380″]),function(){var n,e,i=window._nli||(window._nli=[]);i.loaded||((n=document.createElement(« script »)).defer=!0,n.src= »

!function(f,b,e,v,n,t,s)
if(f.fbq)return;n=f.fbq=function()n.callMethod?
n.callMethod.apply(n,arguments):n.queue.push(arguments);
if(!f._fbq)f._fbq=n;n.push=n;n.loaded=!0;n.version=’2.0′;
n.queue=[];t=b.createElement(e);t.defer=!0;
t.src=v;s=b.getElementsByTagName(e)[0];
s.parentNode.insertBefore(t,s)(window, document,’script’,

fbq(‘init’, ‘183114723670867’);
fbq(‘track’, ‘PageView’);

Ouvrages sur le même sujet:

Dieudonné, la parole est à la défense !,Le livre .

Justice aux Canadiens-Français !/Chapitre III,Le livre . Ouvrage de référence.

Punir et réparer en justice, du XVe au XXIe siècle,A voir et à lire. . Disponible sur internet.