Bilan de deux semaines, 29 août – 11 septembre

Dans son article « Ecocide : un crime ambigu ? », Jérôme de Hemptinne, évoque les possibilités d’ancrage de l’écocide dans le droit international humanitaire et le droit pénal international existants. De Hemptinne, se concentre spécifiquement sur la proposition faite par la Fondation internationale Stop Ecocide d’incorporer directement l’écocide dans le Statut de la CPI. Il conclut que :

« Si la conséquence d’une telle incorporation reste floue (selon que le Statut de la CPI est considéré comme étant de nature juridictionnelle ou substantielle), cela contribuerait sans aucun doute à une reconnaissance plus large de l’écocide en tant qu’infraction pénale au niveau international et, par la complémentarité mécanisme, au niveau national également. Cette tentation a conduit le groupe d’experts, aspirant à une moindre chance de succès, à proposer une définition trop restrictive de l’écocide. Etant donné cependant que la CPI est actuellement inapte à poursuivre et juger ce type de criminalité, il est probable que tout succès dans l’ajout de l’écocide à sa compétence restera purement symbolique.

Lisez le post complet ici.

, Bilan de deux semaines, 29 août – 11 septembre

Dans son article, Giorgio Sacerdoti, s’engage avec les recherches de Joost Pauwelyn et Krzysztof Pelc « Le « secret de polichinelle » du Secrétariat de l’OMC : Déballer la controverse » (voir ici, ici, ici et ici). Dans sa réponse, il concentre la discussion sur les questions suivantes :

  • Est-il vrai que le Secrétariat de l’OMC (divisions des affaires juridiques et des règles) a un rôle aussi vaste et unique?
  • Est-ce par conception ou comme un résultat imprévu de la configuration ?
  • Quels sont les critères pour décider si cette situation n’est pas acceptable et doit être corrigée ?
  • Quelles sont les conditions préalables à une telle correction ?

Sacerdoti fait valoir que la situation en pratique n’est pas préjudiciable comme l’ont soutenu Pauwelyn et Pelc et rejette la suggestion de divulguer les noms des membres du Secrétariat affectés à chaque groupe.

Lire l’analyse complète ici.

 

Dans son article, «Vacances occasionnelles à la CIJ: droit, pratique et politique», Facundo Perez Aznar discute de la prochaine élection occasionnelle à la Cour internationale de Justice (CIJ). Plus précisément, se concentrer sur l’attente selon laquelle une vacance occasionnelle d’un juge par un membre non P5 devrait entraîner l’élection d’un remplaçant de la même nationalité. Perez Aznar soutient que la nationalité ne devrait pas entraver la discussion entre les États quant à savoir qui parmi les candidats est le meilleur pour remplir le rôle de juge dans ce contexte.

Lisez le post complet ici.

, Bilan de deux semaines, 29 août – 11 septembre

Dans son article, « Jurisdictional Immunities v Grave Crimes: Reflections on New Developments from Ukraine », Ielyzaveta Badanova, discute des implications des récentes décisions de la Cour suprême d’Ukraine. En acceptant les demandes d’indemnisation de citoyens ukrainiens contre la Russie, la Cour suprême ukrainienne a dérogé à la règle de l’immunité de l’État devant les tribunaux nationaux étrangers. Badanova fait valoir que même si les décisions de la Cour suprême ukrainienne peuvent sembler progressistes, d’un point de vue pratique, elles pourraient s’avérer être un obstacle plutôt qu’un outil d’indemnisation équitable pour les victimes de l’agression contre l’Ukraine :

« Lorsqu’elle a décidé de refuser l’immunité souveraine de la Russie et d’ouvrir la porte à de nombreuses poursuites individuelles, la Cour suprême ukrainienne aurait dû tenir compte de ces préoccupations et aborder plus sérieusement la question de l’équité. Il aurait dû reconnaître que lorsque les ressources d’indemnisation sont généralement limitées, il ne sera pas possible d’attribuer des sommes individuelles sans comprendre l’ensemble des besoins des autres. Bien que le principe de l’immunité souveraine soit un principe de droit international compliqué et psychologiquement tordu à expliquer au grand public, il peut en fin de compte être utile lorsqu’il s’agit d’indemnisations liées à la guerre à grande échelle.

Lisez le post complet ici.

, Bilan de deux semaines, 29 août – 11 septembre

 

Özlem Gürakar Skribeland, explore le droit humain de partir dans le cadre de la liberté de mouvement. Principalement, dans le cadre de la prévention des départs et de la manière dont diverses mesures visant à contenir les migrants ou candidats à l’émigration dans certains pays se rapportent à leur droit de partir, à demander l’asile et à l’interdiction du refoulement. Gurakar Skribeland note :

« Il y a lieu de soutenir que le droit de choisir la destination est un élément inhérent du droit de partir dans tous les cas. Sans cet élément clé du choix, le droit au départ perdrait beaucoup de son sens et de son contenu. Et compte tenu du libellé clair du PIDCP et de la CEDH (c’est à dire, tout le monde sera libre de quitter n’importe quel pays), la disponibilité de cet élément du droit ne devrait pas être subordonnée à la légalité de l’entrée ou du séjour, ou à d’autres catégories ou statuts migratoires. En d’autres termes, il devrait également être disponible pour les personnes qui se trouvent illégalement dans le pays et qui sont expulsées.

Lisez le post complet ici.